mer. Avr 1st, 2020

Paris prend des mesures face aux crues en Ile de France

5 min read

Nous sommes loin des 8,62 mètres atteints par la Seine en 1910 ni même des 6,20 mètres relevés en juin 2016 ou encore des 5,85 mètres de l’an dernier  mais le phénomène d’inondation de la capitale et des villes  en amont et aval, inquiète les responsables de la région Paris-Ile de France pour les jours à venir.

Tous les ans, le début du mois de mars est propice aux inondations à Paris, c’est pourquoi EPISEINE, site internet, mis en service le 19 novembre 2019 prépare les populations au risque d’inondation lié aux crues de la Seine et de la Marne; sachant que le risque d’inondation est le premier risque naturel de la région IDF où 850.000 personnes et 55.700 entreprises, représentant 620.000 emplois, sont installées en zone inondable, selon l’Etablissement public territorial de bassin (EPTB) pour Paris, les Hauts-de-Seine, la Seine-Saint-Denis et le Val-de-Marne.

Pour savoir si son logement est situé dans une zone inondable, il suffit de renseigner son adresse postale, cela grâce à une cartographie interactive et géolocalisée. Le site informe sur les inondations et apprend les bons gestes à adopter en cas de crue (avant, pendant, après) ainsi que limiter les dégâts humains et matériels et être le plus autonome possible. Les démarches à suivre pour se faire indemniser sont aussi indiquées, 8/10 personnes méconnaissent la durée des conséquences liées à l’ampleur de la crue en IDF. Pour les prochaines décennies,les risques et dégâts liés aux inondations dans la région devraient croître de 50 %  à moins que des mesures efficaces de prévention ne se développent.

Aujourd’hui, le risque d’inondation est important même si la hauteur de la Seine n’atteignait que 3,27 mètres le 4 mars. Les précipitations annoncées depuis, ont permis la formation de crues suite à l’état de sols saturés qui ne peuvent absorber beaucoup plus d’eau mais aussi à cause des nombreux cours d’eau, affluents et confluents, également en crue. Suite à ces prévisions, le Service central d’hydrométéorologie et d’appui à la prévision des inondations (SCHAPI) et le service d’information sur le risque de crues des principaux cours d’eau en France (Vigicrues) ont en commun accord décidé de placer les cours d’eau en « vigilence jaune » dans la moitié nord et le bassin de la Seine, les précipitations devant provoquer de nouvelles hausses de niveau. Il faut en général 10 à 15 jours  en moyenne pour que la crue atteigne son seuil maximum et très souvent d’avantage pour la décrue.

Afin d’éviter les désagréments de la crue, il existe 4 lacs-réservoirs gérés par l’Établissement public territorial de bassin (EPTB), Seine Grands Lacs dont la capacité totale de stockage est de 850 millions de m3. Chacun de ces lacs-réservoirs  (Seine, Marne, Aube, Yonne) a pour mission de stocker l’eau  pour limiter le risque d’inondation sur le bassin de la Seine, mais aussi de soutenir le débit de la Seine (lac-réservoir de la Seine) et de ses affluents (lacs réservoirs de la Marne, de l’Aube, de la Seine et de la Pannecière), afin de garantir les usages d’aval (eau potable, industries, agriculture, navigation) et contribuer à maintenir la qualité de l’eau (soutien d’étiage). Concernant les caractéristiques hydrométriques, une surveillance permanente de la hauteur et du débit de la Seine est  réalisée par le Service de Prévision des Crues  « Seine Moyenne Yonne Loing «  de la Direction Régionale et Interdépartementale de l’Environnement et de l’Énergie (DRIEE) d’Ile-de-France

Si on a constaté samedi à 17h un niveau de la Seine à 3,96 m à Austerlitz, pour un débit de 1 203,78 m3/s, le pic de 4,50m sera atteint  dimanche en raison des fortes pluies de la semaine. L’autre moyen plus pittoresque pour mesurer le niveau de la Seine est la statue du zouave du Pont de l ‘Alma; en 1910, lors de la Grande Crue, il avait de l’eau jusqu’aux épaules.

La crue engendrera la fermeture de certains sites: tunnel des Tuileries,  quais rive droite et rive gauche pour les piétons et cyclistes, voie Pompidou rive droite du pont de Garigliano au pont Bir Hakeim et entre Tuileries et Henri IV à la circulation automobile et cyclistes et l’accès à l’Ile au Cygne. Par ailleurs, les sans-abris accueillis sur des péniches (Pont du Garigliano et Pont d’Austerlitz) seront transférés vers 2 gymnases du 13è et du 15è; des maraudes ont été effectuées pour prévenir les sans domicile fixe.

Afin de lutter contre les inondations à Paris, un plan de prévention du risque d’inondation (PPRI) a été approuvé en 2003 et révisé en 2007 auquel  a été annexé un plan local d’urbanisme (PLU) qui distingue différentes zones d’aléas, définit des règles de constructibilité et vaut servitude d’utilité publique. Une disposition particulière du PPRI de Paris impose aux établissements ayant une mission de service public situés en zone inondable de réaliser un plan de protection contre les inondations (PPCI).

D’autres actions de prévention de la ville de Paris existent comme la fermeture et sécurisation des quais bas de la Seine dès 3 m, la mise en place de dispositifs de protection amovibles  sur les ponts ou le long des quais en cas de montée des eaux de la Seine. La Ville de Paris, la Préfecture de Police et leurs partenaires publics et privés organisent régulièrement des exercices de simulation d’une crue majeure de la Seine (EU SEQUANA 2016 avec 80 acteurs des secteurs public et privés).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Catégories

Ce site Web utilise les cookies. En poursuivant sur ce site, vous acceptez notre utilisation des cookies. 

RSS20
Follow by Email
Facebook0
20
20
20
20