Catégories

16 septembre 2021

Journal Impact European

"NOUS SOMMES UN JOURNAL INDÉPENDANT"

Cellules

2 min read

Sortir de sa cellule et de ses peurs, changer de planète, devenir libre …
Sur la planète Boa, cinq jeunes femmes s’agitent frénétiquement autour de Lucie, malade, clouée dans son fauteuil roulant.

Lucie rêve. Elle rêve d’un monde « sans arthrose, ni ride, ni cane ».
Elle veut voyager …
« Un peu plus près des étoiles
Au jardin de lumière et d’argent », comme le chante Gold.

Elle implore sa mère pour qu’elle signe le pass, pas le sanitaire, mais celui pour pouvoir embarquer dans la navette N92 qui l’emmènera sur Oniri, la planète libre, la planète de ses rêves. Il y a urgence car la prochaine est dans 7 ans !
Sa cure de rééducation, elle ne l’accepte pas. Plutôt manger du cake au chocolat et de la barbe à papa!

« Je n’ai pas peur de la mort », dit Lucie. Sa responsabilité, cependant, est de rester en vie.
Mais elle refuse de vivre comme sa mère, mère-fouettard, toute de noir vêtue, enfermée dans une vie figée, incapable de parler à ses enfants.

Celle-ci finit par signer le pass …
Immediate boarding pour la vie, le lâcher-prise et l’abandon à l’univers …
Devenir une étoile, sauter sur les nuages en coton … le bonheur?
Grandir! Grandir et en rire!

Cellules
au théâtre Al Andalous
Auteur : création collective
Mise en scène : création collective
Interprètes : Cynthia Curto, Daphné Lanne, Chloé Leroi, Elisa Soulier, Sophie de Villenfagne
Régisseur : Camille Taquoy Ghalem
Compagnie Les Loges

Laisser un commentaire

Ce site Web utilise les cookies. En poursuivant sur ce site, vous acceptez notre utilisation des cookies. 

RSS
Follow by Email