Catégories

20 novembre 2020

Journal Impact European

"NOUS SOMMES UN JOURNAL INDÉPENDANT"

Peinture et sculpture chinoises à la Mairie du 13ème à Paris

5 min read

Pour la Fête du Printemps, la Mairie du 13 ème organise son Festival  du 20 janvier au 2 février.

A cette occasion, expositions, concerts, conférences, tables rondes, et débats,  expositions (Pas de grand défilé de clôture le 2 février, suite aux événements liés au coronavirus en Chine) sont au programme dès l’inauguration le 20 janvier avec l’exposition  de peintures de Yang Yan sur le thème « Soyons sérieux » (Galerie  Bièvre) ainsi que les sculptures et les peintures de Qixiang Zhou (Galerie Athéna et Antichambre ) sur celui de « La vie poétique ». Le vernissage en présence du maire  Jérôme Coumet, du conseiller Buon Tan, député de la 9ème circonscription et des artistes  se termineront le 1er février.

 

Dès le 23 janvier, les festivités de la Fête du Printemps qui existent depuis 11 ans dans le 13ème,  ont commencé par la Danse des Lions sur le parvis de la Mairie, suivie du concert de Guo Gan et ses Amis mélangeant Erhu, Jazz, Musique du Monde, Hip- Hop, Funk, Rock et Musique latine. Les amis de Guo Gan, grand Maitre de Erhu et compositeur sont: Frédéric Folmer (basse accoustique),Joran Cariou (piano), Tooméchap (rappeur), Luis de Aquino (guitare), Véronique Le Berre (chanteuse, Fumie Hihara (Koto), Huong Thanh (chanteuse) et Clément Cliquet (batteur).

Le 25 janvier, nous quittons l’année du cochon de terre pour entrer dans celle du rat de métal selon le zodiaque chinois dont il est le premier signe et marque un nouveau cycle de 12 ans (1 animal différent tous les ans). Le rat est signe de vitalité, intelligence et polyvalence, de nature curieuse il est un bon tacticien

La Fête du Printemps marque la fin de l’hiver et le début du printemps, c’est une tradition depuis l’Antiquité dont l’origine est liée aux cycles de la production agricole (les saisons). Elle commence le premier mois du calendrier lunaire et se déroule sur 2 semaines pour terminer par la Fête des Lanternes.

Le 27 janvier, une conférence sur la Médecine traditionnelle: Yangsheng, l’Art de la santé du Printemps, auto massage et diététique, animée par Mme Zhu Miansheng, PhD, docteure des Universités de Médecine Chinoise, Vice-présidente de la fédération mondiale des sociétés de Médecine Chinoise. Elle est à l’origine de la DUMETRAC et DUPRAC à Paris 13 et Paris 6.

Mercredi 29 janvier, une table ronde et un débat avec le public se sont tenus sur l’Identité et la Transmission.

 Le 31 janvierConcert 1001 vibrations de bambous (xylophone en bambou, monocorde,goong, f lithophone (douzaine de pierres plates frappées par une baguette en bois), flûte H’mong).

Samedi 1er février,  le spectacle « 13ème Fête » s’est tenu pour la 3ème année consécutive afin de mettre en valeur la richesse de la culture asiatique francophone (musique, danse, arts martiaux, humour et animations, nouveautés cette année placées sur la modernité et l’union de talents ayant pour thème l’Asie. Les associations liées à l’Asie et la culture étaient présentes  tout au long du spectacle…

Mr Qixiang Zhou, peintre et sculpteur chinois est au centre de l’exposition  » La vie poétique »qui se tient à la mairie du 13ème à partir du 20 janvier. Il est accompagné d’un second artiste Mr Yang Yan et son expositon « Soyons sérieux II ».

Qixiang Zhou est originaire du Liaoning et est né à Xi’an, capitale de la province du Shaanxi. Très jeune, il s’intéresse à la peinture (il peint depuis 40 ans) et à la sculpture sur bronze de préférence car c’est une matière  qu’il apprend à l’Institut des Beaux Arts de Xi’an puis à l’Institut central des Beaux-Arts sous la direction de plusieurs sculpteurs chinois de renom. Simultanément, il complète sa formation de la peinture chinoise. Il doit son inspiration à la peinture des êtres (bergers, paysans et élèves..)  et des paysages (désert de Gobi dans la province du Xinjiang, rives sud du fleuve Yangtsé, puis à partir des années 80 les régions sauvages du sud-ouest de la Chine: Sichuan et Yunan), souvenirs de ses nombreux voyages à travers la Chine. Il s’est aussi inspiré d’églises françaises dont Notre-Dame de Paris.  On retrouve l’esprit de ses sculptures dans ses peintures qui prennent vie sous son pinceau et lui valent des récompenses pour plusieurs de ses oeuvres dont « Récolteur de blé » sélectionné à la  10ème Exposition Nationale des Beaux Arts qui se tient tous les 5 ans et « Tambourin de ceinture d’Ansai » choisi pour la collection des oeuvres artistiques pour les Jeux Olympiques de 2008. Membre du  Comité chinois du secteur de la sculpture, Qixiang Zhou est porteur d’une dizaine de titres sociaux. Une partie de ses peintures et sculptures dont des bustes en bronze, certaines pouvant atteindre jusqu’à 20 mètres de haut,  est vendue aux  Etats-Unis, en Australie et au Japon.  Il a fait sa première exposition en France il y a 5 ans car la France est un pays où tous les artistes chinois rêvent de travailler et d’exposer. Nous avons eu la chance de le voir réaliser en 5 minutes une oeuvre au pinceau en noir et en couleur.

Yang Yan est aussi né à Xi’an. Diplômé de l’Institut des Beaux-Arts du Sichuan, c’est un artiste de la jeune génération très prometteur qui expose en France en 2018 pour la première fois. Son travail est un mélange d’époques et de générations. Dans la série « Soyons sérieux II », il confronte le monde actuel avec celui de la Chine Impériale et les guerriers de Xi’an. Sa première oeuvre  de la première série « Soyons sérieux 1 » fut une huile sur toile « Chantez »(2016) après une sérigraphie (2015). Dans les toiles « Je suis très occupé 1 et 2 «  (2017), le téléphone portable est très présent (lors des repas ou en vacances). La même année, il réalisa  « Je passe près de toi seul » (2017), un cheval à la patte cassée qui piétine le sommet de la chaîne alimentaire, et « Je suis très occupée 3 » (2017). « Les chefs de file » (2018) représente une stèle chinoise se servant de blocs de pierre russes, « Réunion »(2018) est basé sur la culture de l’alcool à travers les âges et « Bonnes Fêtes » (2018) en rapport avec la fête foraine. L’absurde et le burlesque se retrouvent dans « Orchestre symphonique » (2020), enfin, la tragédie de l’incendie de la cathédrale Notre-Dame de Paris inspira « 1964 » tout en montrant les relations entre la Chine et la France qui ont fêté leur 55ème anniversaire en 2019.

3 thoughts on “Peinture et sculpture chinoises à la Mairie du 13ème à Paris

Laisser un commentaire

Ce site Web utilise les cookies. En poursuivant sur ce site, vous acceptez notre utilisation des cookies. 

RSS
Follow by Email