Catégories

22 octobre 2021

Journal Impact European

"NOUS SOMMES UN JOURNAL INDÉPENDANT"

Obsèques de Bernard Tapie à Marseille, une foule immense pour dire adieu au «boss»

4 min read
La foule était au rendez-vous pour saluer le cercueil de l’homme d’affaires, qui a traversé dans la matinée le Vieux-Port pour rejoindre la cathédrale Sainte Marie-Majeure.

Ce jeudi 7 octobre 2021, la tribune Jean-Bouin a étais ouvert et près de 10 000 supporters rentrent dans le calme et le silence, au son de Nothing de Kai Engel. Au lendemain de la cérémonie VIP dans l’église Saint-Germain-des-Prés à Paris, c’est le Marseille populaire, celui que Bernard Tapie a su mettre dans sa poche, qui se retrouve rassemblé au stade Vélodrome.

Dès le milieu d’après-midi, sur la tranche des marches d’accès au stade, face au boulevard Michelet, un immense portrait en noir et blanc de l’ex-président de l’Olympique de Marseille (1986-1994) avait été dessiné, avec une légende : « Repose en paix le boss, tu seras à jamais dans nos cœurs ».

À 15h30, une heure et demie avant l’ouverture prévue du stade lui-même, une marée bleu et blanc s’allongeait déjà dans une longue file d’attente pour aller signer les livres d’or mis à disposition par le club dans un salon.

Porté par des supporters, le cercueil entre sur la pelouse peu après 18 h, au moment où, sur l’écran géant qui rediffuse le match de légende contre le Milan AC le 26 mai 1993, Basile Boli marque le but décisif. Jump, de Van Halen, qui ponctue toujours l’entrée des joueurs, donne à l’instant un air de grand match.

Peu après 18 heures 45, le convoi funéraire a repris sa route sous les applaudissements nourris. Un petit groupe de supporters est longuement resté saluer la tribune présidentielle où se trouvait notamment la famille de Tapie, les joueurs de l’effectif qui ne sont pas partis en sélection, Pablo Longoria, Jorge Sampaoli et des élus de la Ville.

La foule était au rendez-vous pour saluer le cercueil de l’homme d’affaires, qui a traversé dans la matinée le Vieux-Port pour rejoindre la cathédrale Sainte Marie-Majeure.

Un groupe d’anonymes qui marchent en silence, où s’agrègent ceux qui veulent simplement accompagner celui « qui leur a apporté tant de bonheur ». Le clan familial, qui a laissé cet incroyable moment se dérouler, attend à quelques centaines de mètres de là, à proximité de la cathédrale qui surplombe la mer. Les ultras de l’OM, un petit millier de supporteurs réunis depuis le matin, suivent à distance respectueuse. Fumigènes allumés, drapeaux au vent, les groupes, qui ont ressorti la bâche derrière laquelle ils traversaient l’Europe au début des années 1990, chantent la gloire de « leur » ancien président.

C’est dans ce lieu que la messe, célébrée par l’archevêque de Marseille, a démarré à 11 heures. Le cercueil de Bernard Tapie a fait son entrée sur la chanson de sa fille, Sophie Tapie, « Phoenix », interprété par une chorale. Son petit-fils a ensuite joué « Amazing Grace » à la trompette.

« Aujourd’hui, tu entres dans le Panthéon du cœur des Marseillais » a dit Renaud Muselier, le président de la région Paca, lors du début de la cérémonie.

« Le gladiateur se repose enfin », a dit l’ami de Bernard Tapie, l’ancien ministre Jean-Louis Borloo.

« Tu n’as pas été maire de Marseille, tu as été Marseille », a-t-il encore dit, avant que la sénatrice Samia Ghali et le maire de Marseille Benoît Payan prennent la parole.

« Bernard Tapie n’était pas un saint, loin de là ! », a concédé Mgr Jean-Marc Aveline, dans son homélie, rappelant que l’ex-homme d’affaires avait « tutoyé aussi bien les sommets que les abîmes, les salons du pouvoir que les cellules de prison ».
Mais « il aimait cette ville parce qu’elle lui ressemblait, populaire et libre, fière et rebelle, tendre et violente à la fois ».

Les Marseillais ont aussi salué la famille de celui qu’ils vénéraient comme le « boss » : son épouse Dominique, ses quatre enfants, ses petits-enfants… Mais aussi tout le monde politique local, du maire socialiste de Marseille, Benoît Payan, à la présidente LR du département et de la Métropole, Martine Vassal, en passant par Renaud Muselier, le président LR de la région, ou encore Samia Ghali, adjointe au maire de Marseille.

Le cercueil de Bernard Tapie a quitté la cathédrale de la major au son de « We are the champions » du groupe Queen. Il a être enterré dans le cimetière de Mazargues, dans le sud de la ville, dans l’intimité familiale.

Laisser un commentaire

Ce site Web utilise les cookies. En poursuivant sur ce site, vous acceptez notre utilisation des cookies. 

RSS
Follow by Email